La recherche de fonds: 5 erreurs commises par les startups

i fiLes entrepreneurs perdent beaucoup de temps, d’énergie et opportunités  lors de la levée de fonds. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un Business Angel peut investir dans un projet encore en phase d’amorçage, mais un VC a besoin que le projet soit au moins en phase de décollage. C’est un capital-risqueur qui contrairement aux idées reçues, choisit des projets avec le moins de risques. Il fonctionne selon ses propres règles ; jamais définies de manière précise. Pour s’en sortir dans le jeu du financement, les startups doivent apprendre quelques règles et éviter les erreurs.

Voici 5 règles (il y en a certainement plus) que vous pouvez suivre :

Règle n ° 1 : Choisissez le public approprié en fonction de la phase de votre projet

En fonction de la phase de votre projet, le public apte à financer votre projet varie. Les différentes phases sont :

• La formulation de votre idée en concept

• La validation de ce concept par des tests et études de marché

• L’amorçage

• Le décollage

• Le développement du produit et ou service

• La transmission

En phase de formulation de l’idée et validation du concept, il est préférable de vous adresser aux Love Money et/ou utiliser votre propre capital. En phase d’amorçage, vous aurez plus de chance de convaincre un Business Angel. Vous décrivez parfaitement votre projet et son évolution prévisionnel et surtout, vous y croyez. Dès la phase de décollage, le public approprié est les VCs, car ils ont besoin d’arguments et d’éléments de preuve et non des éléments descriptifs de votre projet. Alors vous devez prouver que votre projet fonctionne et ne pas décrire comment il sera s’il fonctionne.

Règle n ° 2 : Pas de Non Dilutive Agreement (NDA)

Ne demandez pas aux VCs de signer un accord de non-dilutive avant d’avoir eu les preuves que votre entreprise fonctionne dans la vraie vie, et non seulement dans votre imagination. Ils ne vous financeront pas ; en tous cas, pas sans avoir passer en revue un modèle de revenu, un business model et une termsheet acceptables de leur point de vue.  Après un pitch qui vous a permis d’obtenir un RDV, présenter votre business model avec le moins d’informations sensibles. Et après avoir attiré des investisseurs, vous pouvez expliquer tous les détails de votre projet. Certains VCs vont signer un NDA , mais seulement après qu’ils ont pris leur décision d’investir,  et c’est après beaucoup de RDV et de négociations.

Règle n ° 3 : Pas de contact direct ou d’appels

En général, réussir à obtenir un RDV auprès d’un réseau de VCs est une chose très difficile. Votre dossier passera plusieurs jours voir des mois sans analyse si vous n’avez pas été introduit par quelqu’un appartenant au réseau (de près ou de loin). Il ne sera jamais lu, car des dossiers comme le vôtre, il y en a des centaines par semaine.

Règle n ° 4 : Pas de longues pages : Soyez bref

Les fonds de Venture Capital reçoivent des centaines de plans d’affaires chaque semaine. Il vous faut donc un petit plus, un élément différenciateur qui les amènera à se pencher sur votre dossier. Il ne faut donc jamais présenter un business plan complet mais donner plus envie de voir et en savoir plus, plutôt que de donner à croire en votre projet. Soyez donc bref, faites une présentation synthétisée de 3 pages maximum. Déjà qu’ils sont en général assez sceptiques lorsqu’il faut financer des projets, pour peu qu’ils aient une offre produit non testée, un marché peu connu, un business model incertain, des valeurs stratégiques discutables et des équipes projets pas toujours matures, ne leur donner pas de raison supplémentaire d’évaluer le potentiel de votre projet de manière agressive et de vous proposer une entrée dans votre capital avec une valorisation à la baisse.

Règle n ° 5 : Garder le contact et continuer vos recherches

Ne comptez pas sur les VCs pour vous rappeler après un RDV, c’est à vous de le faire. L’astuce est de rester en contact avec eux et de les « harceler » comme un parasite pour avoir un retour sur votre dossier. Et surtout, ce n’est pas parce que le RDV vous a semblé correct et que vous avez eu une promesse verbale, donc non actée, que vous allez négliger les autres pistes de financement pour votre levée de fonds. Le « Oui » n’est acté que si la Term Sheet a été négocié avec des due-diligence acceptables, paraphé et signé par l’avocat des VCs.